Conditions générales de vente

Cette page sert en général très peu. Si vous êtes arrivés jusqu’ici, c’est que vous avez fouillé fiévreusement les liens de mon footer (ou que Google indexe particulièrement bien cette bafouille désagréable !).

Compétition = Rémunération

Je ne participe pas aux compétitions et appels d’offre non-rémunérés. Je ne m’épancherai pas démesurément sur le sujet car il est assez facile de comprendre qu’en tant qu’entreprise unipersonnelle à la trésorerie fatalement modeste, si je commence à travailler gratuitement je meurs de faim dans un délai relativement court.

Cela étant dit, j’aime beaucoup gaspiller mon temps libre devant mon ordinateur pour accomplir diverses activités bénévoles et désintéressées, c’est pourquoi je travaille régulièrement sur des projets associatifs et culturels, pour la beauté de l’Art, pour la planète, pour nos enfants, pour mon chat. Mais ces projets, je les choisis parce qu’ils me parlent et me motivent : ils constituent donc l’exception et non la règle.

Vous savez ce qui me révolte ?

La guerre, l’hypocrisie et l’intolérance.

Mais ce qui me rend vraiment triste, c’est qu’on me pique mon boulot sans me demander. J’irai même un poil plus loin : ça me rend fou furieux et déclenche invariablement en moi un irrépressible besoin de fatwa vengeresse sur les interwebs.

Soyez donc gentil de ne pas « emprunter » les modestes textes ou images que vous trouverez sur ce site, ce sont mes bébés et ils ont besoin de leur papa pour vivre. Vous ne voudriez pas briser une famille, n’est-ce pas ?

Et si coûte-que-coûte, dans votre cruauté aveugle, vous teniez à me piquer des choses, essayez ce faisant de vous appliquer un minimum sur la forme afin que je ne le découvre pas, au risque de subir la fatwa sus-nommée. (Ce qui me fait penser qu’il faudrait vraiment que je traduise ce paragraphe en russe.)

Cela étant dit

J’en vois déjà certains arguer qu’Internet c’est l’Open Source, que tout devrait être piquable, forkable et recyclable à l’infini, que c’est ce qui fait la beauté de la chose et que c’est ce qu’a gravé Tim Berners Lee dans ses Tables de la Loi. À cela je réponds : « oui, mais ».

« Oui » car vous pouvez vous inspirer de mon code (par exemple) pour faire le vôtre, je n’aurai de toute façon pas les moyens de vous en empêcher et c’est formidable de pouvoir faire ça avec le web. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai tout appris ou presque, comme beaucoup.

Et « mais » car les bébés que vous allez forker (les pauvres !) sont mon gagne-pain, que j’ai sur eux un droit de paternité inaliénable et des droits patrimoniaux cédés à mes divers clients.

En résumé : inspiration oui, contrefaçon non. Je compte sur votre bon sens et votre discernement pour placer intelligemment (et honnêtement) la frontière entre les deux. Au besoin je peux vous recommander quelques wagons de personnes bien plus talentueuses que moi et dont vous pourriez aller piller le travail avec l’entrain et la bonhommie qui vous caractérise (suivez-moi sur Twitter pour ça).

Merci de votre attention !

Haut de page