Haha un logo à 240 000 € !

Tous les quatre matins, Twitter nous sort une de ces indignations lapidaires dont il a le secret : telle grosse boîte a payé son logo telle grosse somme. Déboule alors l’armée des « rah la la quelle arnaque lol mon petit neveu fait ça en cinq minutes sous Paint. » On a l’habitude.
C’est plus inquiétant quand la presse traditionnelle se prend à ce jeu à son tour, flairant le micro-scandale facile au prix d’un brin de démagogie (oui c’est à toi que je pense cher Canard).

Alors expliquons : pourquoi le nouveau logo de France Télévisions a coûté 240 000 € ?

Avançons deux hypothèses plausibles et complémentaires.

 1. Ce n’est pas qu’un logo

Ces grosses refontes ne sont JAMAIS limitées à la création d’un simple logo. C’est toujours AU MOINS une charte graphique complète et bien souvent toute une déclinaison de supports (papier, numériques, audiovisuels).

Une charte c’est la création de dizaines d’éléments graphiques (palette de couleurs, typographies, pictogrammes…) et l’élaboration de règles précises et cohérentes (cas d’utilisation, interdits…). Une déclinaison de charte ce sont des centaines de travaux d’exécution à toutes les sauces et dans toutes les disciplines de la communication. Et des kilomètres de moodboards, d’études et de propositions alternatives mises à la benne en cours de conception que le public ne verra jamais.

Tout ça représente un très gros travail. Des semaines, des mois voire des années de travail. Du travail réalisé par des personnes qu’il faut payer, dans des entreprises qui prennent une marge (sinon elles meurent). Cette marge peut être confortable certes, mais elle n’est pas la cause principale du prix à l’arrivée : elle en est un simple paramètre (les entreprises répondant aux appels d’offre étant aussi mises en concurrence sur leurs tarifs, incroyable).

Si les 240 000 € d’au-dessus vous font peur, sachez qu’il arrive à de grosses entreprises industrielles de payer des factures à sept chiffres pour UNE SEULE typographie. Et d’en avoir pour leur argent, parce que leur besoin est très exigeant (multi-langues, interminable liste de cas d’application, enjeux de sécurité…) et que l’expertise est à ce prix.

Même un « simple » logo c’est déjà beaucoup plus que ce qu’on croit. J’en vends moi-même et ce sont souvent les projets où je suis le moins rentable (voire pas rentable du tout), parce que ces sujets-là mobilisent énormément d’affect (un logo c’est sentimental) et que tout le monde veut avoir son mot à dire dessus. Imaginez ça dans un conglomérat avec dix niveaux décisionnaires, vous démultiplierez ces affects dans des proportions obscènes. Et le temps de travail d’autant.

2. Le droit d’auteur, cet ami incompris

L’autre raison de ce prix est plus scolaire et mécanique, c’est tout simplement le fonctionnement du droit d’auteur français.

En France, quand on réalise un travail de création originale (notre cas ici), on facture des droits d’auteur via une cession de droits écrite et bornée. Cette cession couvre tous les cas d’utilisation autorisés et interdit les autres. Et le montant de cette cession est proportionnel à l’étendue de l’exploitation qui sera faite du travail réalisé : pour faire très court, plus un logo va être « vu », plus il va être cher.

Et ce n’est que justice : les bénéfices (en termes d’argent ou simplement d’image) que le client va tirer d’une très forte exposition de son identité graphique ne seront pas les mêmes que si elle est vue par trois clampins.

Bref, je ne vais pas vous faire un cours sur le droit d’auteur, si le sujet vous intéresse l’ami Yamo avait tout bien détaillé ici.

Conclusion

Voilà quelques indices sur pourquoi votre « logo » est si cher. Je ne fais ici que des suppositions (je ne connais rien du dossier dont il est question cette fois-ci) mais tous les logos que j’ai vendus, que ce soit pour des grandes boîtes ou la boucherie du coin, suivaient cette même logique.

Alors oui, France Télévisions a claqué votre redevance dans un gros logo. Si vous voulez vraiment interroger ce choix, demandez-vous plutôt pourquoi le service public court après une logique de concurrence capitaliste avec des chaînes privées et se dote à ce titre d’outils de communication du même ordre que TF1. Mais laissez le prix des prestations tranquille, et arrêtez avec vos poncifs éculés sur la création de logo, c’est gênant pour tout le monde.

Et si vous voulez vraiment vous indigner, demandez-vous plutôt pourquoi notre redevance paie les temps d’antenne des Enthoven et autres Finkielkraut, il y a nettement plus matière à brûler la Bastille…

Posté le 15 décembre 2017

Arf, le champ est vide…

Tous les billets de blog

Commentaires (9)

  • Merci pour cette mise au point !

    Pour avoir déjà travaillé sur des identités graphiques de grandes entreprises (qui contiennent un logo, mais vont bien au-delà), il faut ajouter que ces factures contiennent bien souvent des applications : pour des chaînes, ce seront notamment des animations de logo et des habillages - auxquelles s’ajoutent des productions plus traditionnelles, de type papeterie, signalétique, etc. Ce sont souvent ces applications qui contribuent en large part au montant total.

    Ce qui est un peu agaçant, c’est que le Canard Enchaîné le sait parfaitement, mais c’est nettement moins vendeur de dire “France Télévisions paye 240 000 euros pour refaire les logos, l’identité, la charte graphique, les habillages et la papeterie de ses chaînes” que “rhalala, France Télévisions a lâché 240 000 Euros pour faire un logo avec un point de couleur et un chiffre derrière”

    #1 par Bob

    16 Déc. 2017 à 09h45

  • De tous temps, les hommes…

    Bien vu les droits d’auteurs proportionnels aux bénéfices d’exploitation parce que tout de même, 240k avec TJM moyen a 1000€ ça fait 2400 jours de prod et c’est juste pas plausible.

    #2 par Dominique Dupont Bernard nenri Levi

    16 Déc. 2017 à 18h28

  • Non, ça fait 240 jours et si on mise qu’au moins 6 personnes ont collaboré cela nous fait du 40 jours /personne. Rien d’impossible.

    #3 par Georges Moustaki

    17 Déc. 2017 à 18h28

  • Oui mais c’est moche.

    #4 par Jerome chesnot

    18 Déc. 2017 à 09h02

  • 40j à 6 personnes : ca devient de plus en plus déconnant…

    #5 par dominique

    19 Déc. 2017 à 16h15

  • […] Nous vous invitons également à lire cette article sur le sujet : http://www.stpo.fr/blog/haha-un-logo-a-240-000-e/ […]

  • Tout ça ne nous avance guère si l’on ne s’interroge pas sur les besoins d’une nouvelle identité graphique et sur ce que cela signifie. J’aimerais bien savoir ce qu’en pensent les spécialistes en sémiologie.

    #7 par do

    1er Fév. 2018 à 19h17

  • Quel honte 140000 euros pour un point FRANCE 1 2 3 4 ECT FRANCE télévision mieux nous sommes en France ah non plus….. ET LA PUB NOUS NOUS EN F…….. CESSEZ DE NOUS FAIRE PAYER LA REDEVANCE LES VACHES À LAIT EN ONT RAS LE BOL prenez la pub et payé vos 140000 euros et 23000 euros tous les trimestres de maquillage pour MONSIEUR ÇA REMBOURSERAIENT LE FRIC QU’ONT NOUS PONCTIONNENT A NOUS LES RETRAITES QUI ONT BOSSES 45 ANS ONT PAYES ÉNORME LES COTISATIONS HONTE HONTE

    #8 par Jgabriel38@hotmail.fr

    3 Fév. 2018 à 18h07

  • […] Enfin pour faire taire ceux qui diraient "un enfant de maternelle aurait pu le faire" nous vous invitions à lire cet article qui fait du bien, avouons-le : http://www.stpo.fr/blog/haha-un-logo-a-240-000-e/ […]

Laisser un commentaire

*

*

*

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.

Votre saisie est incorrecte. Vérifiez, corrigez et envoyez à nouveau, tel est votre lot.

Ouch, erreur du serveur. C’est assez rare, autant être honnête. Retentez, normalement ça ne devrait plus arriver…

Commentaire envoyé. Merci !

Haut de page